Bricolage : internet ou magasin ? L'étonnante enquête de la FMB
10/12/2017 

 

Quand la Fédération des magasins de bricolage vous convie  à découvrir une étude sur l’avenir des circuits physiques   au regard de la poussée du web … on se demande si c’est de la peur, une analyse froide ou autre chose. En réalité on va comprendre rapidement que la FMB a un message à faire passer  qui pourrait se résumer de la façon suivante :  comme vous le montre  cette étude,  le web reste très secondaire en France dans la diffusion du bricolage, les magasins physiques sont  plébiscités par le public mais ce sont toujours les mêmes qui paient  en termes de fiscalité : les enseignes classiques et pourtant ce sont bien elles qui emploient de 3 à 10 fois plus que les pure-players. « Attention à la distorsion de concurrence » , rappelle Frédéric Sambourg et cette fois c’est bien lui qui parle. ;  « Et ce n’est pas nouveau puisque je l’avais  dit à Emmanuel Macron, alors  qu’il était encore Ministre des Finances et il avait reconnu alors clairement qu’il y  avait un problème. »  Depuis rien n’a changé  et  le président  de la FMB, qui ne craint pas le refus, présente  à nouveau son cheval devant l’obstacle.

 

En attendant une réponse du Président voici les détails de l’étude Opinion Way  très intéressantes notamment sur le comportement des bricoleurs avant l’achat . Ou prennent-ils leurs renseignements ? En qui ont-ils confiance  etc.. Il faut toutefois mettre un bémol  à cette étude et aux commentaires d’Opinion Way. Nous avons montré ces résultats à des acteurs de ce monde des pure –players qui  ont été très surpris par ces chiffres qui contredisent d’autres études  sur bien des points. Par exemple  parmi les freins à l’achat sur internet, Opinion Way montre que le fait de ne pas toucher un produit est l’une des premières raisons citées… alors qu’elle n’arriverait qu’en 10 ème position dans une enquête indépendante que nous aurons l’occasion de publier dans quelques mois et qui couvre la France et deux autres pays européens.   Qui a raison ? La logique voudrait que les consommateurs de produits de bricolage aient besoin en effet de prendre en main les produits… mais d’un autre côté ne disait-on pas la même chose  des chaussures ? Qui aurait imaginé qu’on achèterait des chaussures sans les essayer ? Autres critères surprenant : ceux du prix qui  n’est pas mis en exergue comme motivation de bricolage dans l’étude Opinion Way alors que c’est un critère majeur dans l’autre étude…

Il n’y aurait donc pas que la concurrence qui subisse une distorsion… les opinions des consommateurs aussi ! Plus sérieusement , les différentes études sont tout de même d’accord sur un point : internet est un lieu d’inspiration, d’information indispensable avant l’achat et même pendant l’achat dans les magasins physiques. On note que ceux que quasi 1/3 des jeunes clients de GSB continuent de s’informer via leur mobile pendant l’acte d’achat.  Et puis si toutes ces études ont du mal àç cerner le comportement du bricoleur consommateur c’est sans doute en raison de la grande inbrication des deux systèmes de ventes. La notion de commerce « phygital » (physique et digital) aurait donc encore plus de pertinence dans le bricolage qu’ailleurs.  La résussite de Screw Fix outre-manche en est un signe !

























 

 
     
 
 
 
 
  
X

Demande d'accès pour modifier ma fiche

Nom * Prénom * E-mail (login) * Mot de passe * Téléphone * Point de vente ou centrale concernée *

Valider