mot de passe oublié ?
Je m'inscris

Connectez-vous !
 
 
 

 
   
Pesticides : le CLCV demande leur interdiction sur internet
22/07/2017 
 
Forte d’une enquête sur 158 points de ventes , la CLCV demande que le gouvernement serre la vis sur la vente  de produits phyto à base de pesticides chimiques en magasin Selon l’association indépendante , 44%  des enseignes visitées seraient hors la loi Par ailleurs le CLCV propose l’interdiction pure et simple de leur de vente sur internet.  
 
 La CLCV  demande un « renforcement des contrôles par les services de l’Etat et la suppression des espaces en libre-service avec, a minima, la mise sous-clé obligatoire de l’ensemble des pesticides. » L’association souhaite « une interdiction totale de la vente de ces produits (hors bio-contrôlés) sur Interne »
 
Ces désiderata , l’association les formule en s’appuyant sur son enquête mystère récente dans 32 départements et 158 rayons testés. Une enquête qui a une valeur informative très intéressante mais pas vraiment scientifique comme l’association le reconnaît elle-même « la taille de l’échantillon relativise quelque peu la portée des résultats ».  Ceci étant, l’enquête  est intéressante car les clients ‘mystère’  ont commencé par constater la présence ou non des produits « interdits en vente libre » dans les rayons libre d’accès. Pour les produits qui n’affichaient pas  de pictogrammes  dangereux , l’enquêteur «  contrôlait au hasard un maximum de 5 produits dont il relevait le nom, les pictogrammes présents sur l’emballage et, si possible, le numéro d’autorisation de mise sur le marché (AMM) afin de procéder à une vérification approfondie ne se limitant pas aux pictogrammes ».  Puis le contrôleur  «croisé les numéros AMM avec les dernières listes mises à jour des produits bio-contrôlés de la DGAL datant du 28 mars 2017 pour vérifier que ces produits pouvaient légitimement être vendus en libre-service. » Et le CLCV d’ajouter : « En cas d’absence du numéro AMM, nous avons vérifié l’absence de certaines mentions qui excluraient le produit d’une vente en libre-service, telles que «Toxicité aiguë H300, Mutagénicité sur les cellules génétiques H340, Toxicité aiguë pour le milieu aquatique H400, etc. »
Enfin les enquêteurs ont mis au point un scénario  de chasse aux mauvaises herbes dans leur maison avec présence d’un chien … et l’ont soumis au conseiller de l’enseigne… quand il était là. 
 
Voici la conclusion de l’enquête 

Sur 158 points de vente visités, 118 disposent d’un espace de vente en libre-service dans lesquels nous avons contrôlé au total 419 produits (soit en moyenne 4 produits par espace). 
« Les pesticides sont vendus selon des configurations qui diffèrent en fonction des magasins.
La présence simultanée d’un espace dédié avec vendeur et d’un espace en libre-service a été relevée dans 55% des cas. Dans 20 % des cas, nos enquêteurs ont relevé uniquement un espace libre-service. 





Nos enquêteurs ont fait le constat alarmant suivant : 32 % des produits contrôlés en libre-service n’auraient pas dû s’y trouver. 
44 % des enseignes enquêtées sont donc en infraction avec la réglementation en mettant en vente, dans leur espace libre-service, des produits dangereux qui ne devraient être vendus que par un vendeur spécifiquement formé. 
La grande distribution est la plus mauvaise élève avec 49 % des produits contrôlés interdits d’espace libre-service contre 30 % pour les enseignes spécialisées. 
Nous avons exclu de nos résultats les produits pour lesquels le doute était permis. 



Espace de vente dédié : le conseil adapté n’est pas la règle 
Sur 158 points de vente visités, 126 disposent d’un espace dédié. 
Selon la loi, cet espace doit être le lieu dédié à la vente des pesticides chimiques les plus à risque avec un conseil approprié sur leur usage. 
Dans la majorité des cas, l’espace dédié était clairement indiqué, mais avec peu de vendeurs déjà sur place. 
Dans 83 % des cas, même en l’absence du vendeur, cet espace n’était pas librement accessible par le consommateur : ce qui est positif. Nos enquêteurs ont néanmoins relevé des anomalies, comme une absence de chaine ou de barrière pour empêcher l’accès, ou des vitrines censées être fermées à clef restées ouvertes. 



En cas d’absence du vendeur, nos enquêteurs avaient la consigne de le faire appeler et de patienter jusqu’à 30 minutes (ce qui est bien supérieur au temps d’attente raisonnable courant). Ils n’ont, au final, pu parler qu’à 78 vendeurs car malgré leur patience, aucun vendeur n’est venu dans 48 espaces dédiés (20 en grande surface et 28 dans des enseignes spécialisées). 
Lorsqu’un vendeur a pu être interrogé, dans 36 % des cas, aucun conseil ou un conseil limité à la surface à traiter a été fourni par le professionnel. Dans plus d’1/3 des cas, des éléments essentiels comme la présence du chien, du potager, les protections à prévoir (masque, gants, ...) ou la méthode d’utilisation (pulvérisation par temps sec, nombre d’utilisations, ...) ont été complètement passés sous silence. 
 
 
Oui 
Non 
L’espace dédié est-il clairement indiqué ? 
108 
18 
Un vendeur est-il présent à votre arrivée ? 
33 
93 
En cas d’absence du vendeur, les produits sont-ils librement accessibles pour le client ? 
22 
104 
 
Dans les cas où le vendeur a fourni une information complète, celle-ci a majoritairement consisté à réorienter l’enquêteur vers des produits plus respectueux de l’environnement (36 vendeurs sur 50), allant jusqu’à lui indiquer des conseils pour jardiner sans aucun pesticide (purin d’orties). 
 
   
 
Donnez une note : 1  2  3  4  5  
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
Nom
E-mail
Site web
Titre
Entrez ici votre commentaire :
Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez. Votre adresse IP (54.147.40.153) sera archivée.
Saisissez le code suivant :
BtoB habitat décolle !
12/12/17
L'organisateur qui vient d'enregistrer en une semaine près de 30 exposants supplémentaires organisera l'expo par secteurs
Gaarden jardine pour Botanic
11/12/17
La start-up de paysagiste vient de passer un accord avec Botanic pour aider les clients de l’enseigne à planter leurs végétaux. Rencontre avec Laurent Mur, fondateur et CEO de Gaarden
Kiriel passe chez Apex
11/12/17
L'enseigne de Lisas/jardineries était jusqu'ici associée à Inedis Referentia et s'appuiera sur les services Apex à compter du 31/12
Triskalia lance ses premiers Terranimo
11/12/17
La coopérative cliente d'Apex a ouvert sur son terrain de jeu, la Bretagne, deux magasins Terranimo
Gamm Vert + Jardiland : les salariés sont ok !
11/12/17
In Vivo Retail annonce ce soir que le projet de reprise de Jardiland a été validé par les représentants des personnels des deux entités. Reste à attendre l'avis de l'autorité de la concurrence.
Dachser fête 10 ans de DIY en France
11/12/17
Le logisticien allemand a jeté son dévolu sur les secteurs du bricolage et du jardin notamment en France. Dix ans plus tard, la toile est tissée
Nouveau directeur des ventes chez PRCI
11/12/17
Tobias Pierrepoint est officiellement confirmé à son poste de directeur des ventes de PRCI spécialistes d'outils et accessoires de poses de revêtements de sols et notamment de carrelage
Graines d’or : le palmarès 2017-2018
10/12/17
Les graines d’Or 2017-2018 organisées par Médias & jardin ont été remises le 30 novembre à la Salle Gaveau à Paris. Botanic , Jardiland et Truffaut décrochent la plupart des récompenses… Gamm Vert reste un peu le parent pauvre.
Mobilisation chez Castorama, vendredi 1 er décembre
29/11/17
Les syndicats annoncent des rassemblements vendredi matin au siège de Templemars et dans une quinzaine de magasins en France
Bricorama et Bricomarché, la transaction signée sur une valorisation à 385 M€
29/11/17
Les deux groupes ont communiqué aujourd'hui la signature officielle de leur accord et les détails financiers de la transaction. Le prix du rachat valorise les sociétés cédées à 385 M€ avec des ajustements , des remboursements etc. Prochaine étape : l'accord de la Direction de la Concurrence
Le rayon de peinture du BHV remporte un prix
27/11/17
C’est le Janus de la marque de l’Institut Français du Design que le corner V33 du BHV Marais a décroché… Voici pourquoi …
Bricolage: le marché mondial a progressé de 3,8 %
27/11/17
Selon la Fediyma, le marché mondial du bricolage a atteint en 2016 la bagatelle de 567 Milliards d'euros en progression de près de 4 %
Les Graines d'Or à la salle Gaveau
27/11/17
Le gratin du jardin se réunit jeudi soir à la salle Gaveau pour récompenser les meilleurs acteurs du secteur. Derniers préparatifs, dernières inscriptions...
Triskalia reprend 7 jardineries en Vendée
26/11/17
Il n’y a pas que Gamm Vert qui reprend des jardineries ! Triskalia annonce la reprise via sa filiale Distrivert de 7 jardineries du groupe Le Bot
Les négoces ne veulent pas être plombés au décollage
26/11/17
Par la voie de son Président, la Fédération des négoces des bois et matériaux (FNBM) demande à l’Etat du temps pour la mise en place de la reprise des déchets ou de la consignation des palettes.

 

   
Black Friday : le site Leroy Merlin pas assez performant
11/12/17
Ajaccio : Leroy-Merlin ouvre 4 ans après avoir sauté
11/12/17
Meilleur employeur : Leroy-Merlin dégringole chez Glassdoor
11/12/17
Gamm Vert : La plancha Cathare allume le feu !
11/12/17
Un nouveau Bricorama dans l’Essonne
11/12/17
Bricocash a de l’appétit à Chantonnay, en Vendée
11/12/17
Bricomarché s’agrandira au nord d’Amiens
11/12/17
 

 

 
EisenWarrenMesse : 4, 5, 6 et 7 mars 2018 (Cologne)
Batimat Russie : du 3 au 6 avril 2018
ANIDO : 25 et 26 février 2018 à Courtrai (B)
BtoB HABITAT, PARIS EVENT CENTER : 5, 6, 7 juin 2018
acPROdeZ00: Salon animalerie les 5,6 et 7 juin 2018 à Paris

 

 
 Contacts et communication 
 Mentions légales 
 

Copyright © Rayons Brico Jardin 2017- Tous droits réservés

 
 
 

 

X

Demande d'accès pour modifier ma fiche

Nom * Prénom * E-mail (login) * Mot de passe * Téléphone * Point de vente ou centrale concernée *

Valider